L'Ordre du Temple

1118-1127: Les 10 années clés


 














  Nous l'avons vu dans la présentation générale, l'ordre du Temple est officiellement né en Terre Sainte en 1118. Néanmoins, nous allons constater que la reconnaissance officielle de l'Ordre en 1118 n'est que le prolongement d'une "mission" ou d'une "enquête" commencée près de 10 ans plus tôt...

Il a été démontré et accepté par tous les historiens que Hugues de Payns a effectué au moins deux voyages en Orient au lendemain de la première Croisade, en 1104-1105 et en 1114-1115, les deux fois en compagnie du Comte Hugues de Champagne.

Il convient de s'arrêter un instant sur le personnage du Comte de Champagne. Il est un des principaux feudataires du royaume, environ 4 à 5 fois plus riche que le Roi de France! Très influencé par un certain mysticisme religieux, ses liens avec Etienne Harding, l'Abbé de Citeaux qui réforma la pensée Bénédictine pour former le mouvement Cistercien, sont plus qu'étroits.

Les liens sont si étroits qu'Etienne Harding fait venir à Citeaux un moine de l'Abbaye de la Chaise-Dieu, spécialiste des textes hébraïques en 1115. En 1115, au lendemain du retour d'Orient du Comte de Champage, justement...

La même année, le même Comte de Champagne prend sous sa protection directe un jeune Moine de Citeaux, Bernard, en lui offrant une terre située sur les territoires qu'il contrôle, à Clairvaux. Dès lors, l'Abbaye de Clairvaux et la pensée du futur Saint-Bernard régneront sur tout le monde Chrétien durant le XIIème siècle...

En 1118, on retrouve parmi les "neuf" fondateurs de l'Ordre du Temple un certain André de Montbard. Il n'est ni plus ni moins que l'oncle de Bernard de Clairvaux. Il n'est pas inutile de rappeler que le concile a eu lieu à Troyes, le berceau d'Hugues de Payns et du comte de Champagne, qui rejoindra les Templiers en 1126 pour se mettre sous les ordres d'un ancien vassal, après avoir abandonné femme, enfants, richesses et pouvoirs...

Bernard de Clairvaux qui, si il n'est pas établi qu'il dirigea effectivemement le concile, a toutefois largement influencé la rédaction de la règle de l'Ordre, en instituant le concept du moine-soldat, dans la stricte lignée de sa pensée exhortant la noblesse à renoncer aux guerres privées pour se mettre au service de la foi.

Récapitulons brièvement la chronologie:

1104-1105:
Hugues de Payns et le Comte de Champagne se rendent en Orient en pélerinage

1105-1114:
On ne sait si Hugues de Payns revient en même temps que le Comte de Champagne mais on est certain de sa présence en France en 1110 grâce à une charte signée de sa main. En 1109, Etienne Harding est élu Abbé de Citeaux. Ses liens avec le Comte de Champagne sont étroits.

1114-1115:
Les deux Hugues repartent en Orient. Hugues de Payns y reste, c'est certain. L'Abbaye de Citeaux se met à étudier des textes Hébreux. Le Comte de Champagne prend Bernard sous sa protection et lui donne la terre de Clairvaux.

1118:
L'oncle de Bernard est avec Hugues de Payns lorsque le patriarche de Jérusalem leur octroie pour résidence le Temple de Salomon, en 1118.

1118-1126:
Le trou noir. On sait uniquement que les Templiers ont procédé à des fouilles sous le Temple de Salomon. Rien ne prouve ou n'infirme la possibilité de nouveaux aller-retours entre Jerusalem et la Champagne. Aucun fait d'arme ne semble attribué aux Templiers durant cette période.

1126:
Le puissant Comte de Champagne répudie femme et enfants, abandonne sa fortune et ses pouvoirs pour se joindre aux Templiers, sous les ordre de Hugues de Payns, son ancien vassal.

1127:
Retour en Champagne de Hugues de Payns et de cinq chevaliers du Temple et tenue du Concile de Troyes officialisant et accordant à l'Ordre du Temple une totale indépendance vis à vis du clergé séculier et des souverains temporels, sous la houlette d'Etienne Harding et de Bernard de Clairvaux.

Les choses sont plus claires. L'origine de la création de l'Ordre du Temple est à peu de choses près une affaire de famille et tout s'articule autour du Comte de Champagne et du mouvement cistercien: Les principaux créateurs et leurs maîtres à penser sont originaires du Comté de Champagne, leurs autres compagnons sont issus de la maison des Princes de Flandres, croisés et pélerins de la première heure.

Reste le mobile, la finalité, le but...

La présence omniprésente de Bernard de Clairvaux et d'Etienne Harding autour des fondateurs de l'Ordre éclaire sur le fondement religieux et même mystique des origines de l'Ordre.

Ne soyons pas naïfs. Neuf chevaliers ne pouvaient techniquement pas assurer la protection des chemins de pélerinage au contact constant de l'ennemi. A fortiori sans recruter durant 10 ans, ce que la fortune du Comte de Champagne aurait pourtant largement permis.

Un des princes les plus riches du royaume de France n'abandonne pas ses richesses et les siens pour surveiller les routes sous les ordres d'un vassal, même pour la Foi la plus profonde. Il y a autre chose.

Ils sont partis chercher quelque chose en Orient. Quelque chose de primordial pour la religion de Bernard et Etienne. Quelque chose ne pouvant se trouver que sur les Lieux Saints. Quelque chose de tellement secret que seul le Pape a dorénavant prise sur l'Ordre. Quelque chose de si fabuleux que seuls les liens du sang des fondateurs peut le protéger...

Tout s'explique alors...

Les voyages de "reconnaissance" de 1104 et 1114.

L'étude de textes hébreux en 1115 à Citeaux.

Les fouilles sous le Temple de Salomon à partir de 1118.

1126: ils ont trouvé... Le Comte de Champagne abandonne tout et les rejoint

1127: il faut protéger le secret. Le concile de Troyes rend les Templiers intouchables et les transforme en armée de défense des Lieux Saints.

MAIS QU'ONT-ILS CHERCHE, TROUVE OU CRU TROUVER ?

Le Saint-Graal? Les secrets architecturaux qui feront rayonner l'art gothique à partir de ce XIIème siècle? L'Arche d'Alliance? Quelque savoir ésotérique en rapport avec l'Islam?

Nul ne le sait et ne peut être affirmatif...

Une chose demeure certaine. La création de l'Ordre du Temple ne s'est pas faite dans le but un peu simpliste de protéger les pélerins sur les routes mais répond à une démarche longuement réfléchie voire une quête mystique plus ou moins commanditée par les moines cisterciens, Etienne Harding et Bernard de Clairvaux.

 


  © Philippe VINCENT - 1996/2012 - Tous droits réservés